27 novembre - Réveil

Ce matin, j’ai été éveillée avec la chanson que j’aurais précisément choisie si un quart d’heure plus tôt le dieu du réveil m’avait interpellée dans mon sommeil pour me demander : « dis-moi, il est bientôt temps... avec quelle chanson aimerais-tu émerger au monde merveilleux de la conscience ? ». Plus incroyable encore, le réveil s’est allumé à la minute même de la première note de cette chanson. Enfin, encore plus incroyable (si, si), il s’agit d’une de ces chansons que l’on connaît comme un voisin de palier, familière mais sans nom, sans étoffe mais légère comme un "bonjour, bonne journée", de sorte que, en fait, si plus tôt le dieu du réveil m’avait interpellée dans mon sommeil pour me demander « dis-moi, il est bientôt temps... avec quelle chanson aimerais-tu adoucir ton atterrissage dans le monde de la conscience ? », jamais je n’aurais pu lui désigner précisément la chanson que je voulais car elle n’existait pas avant que mon réveil la joue. Peut-être en est-il de même avec les voisins de palier. J’ai constaté en tous cas que dans mon immeuble, mes voisins semblent partir sans jamais revenir : l’ascenseur est toujours au rez-de-chaussée. La morale de cette histoire serait alambiquée d'abord parce qu'il n'y a pas d'histoire.

9 commentaires:

Mick Kelly a dit…

Mes réveils sont bien moins poétiques avec le "dring dring dring" qui me fait bondir le matin :)
Est ce que cette mélodie s'est imprimée dans un coin de ton esprit pour le reste de la journée? C'est souvent le cas pour la première musique qui se loge en début de journée dans nos oreilles.
A bientôt!

Alain a dit…

Pas d'histoire, mais... quand même, un début d'histoire, celle d'un ascenseur qui déverse les hommes et les femmes dans le vaste monde, mais jamais ne les ramène à la maison...

N./ a dit…

* Mick, c'est vrai que d'habitude je conserve les notes du réveil dans l'arrière-cour de mon esprit, mais là, non. C'était une musique passerelle entre le sommeil et l'éveil qui ne résonne que "là". Merci de passer ici et ailleurs.
** Alain, c'est vrai :-). Encore une enquête pour KKhuette, déjà lancée à la découverte de la vie cachée des peluches, peut-être d'ailleurs que ce sont elles qui prennent l'ascenseur... Ce serait bien le genre de Ratatouille en tous cas que de faire son baluchon chaque matin, de descendre au rez-de-chaussée par l'ascenseur pour remonter en escaladant les murs la nuit tombée...

Alain a dit…

Ratatouille, ah oui, j'y pensais ce matin en marchant sur le chemin de la gare... ça fait longtemps que je n'ai pas pris de ses nouvelles, faut que je me tienne très vite au courant de son actualité.

N./ a dit…

Euh, Ratatouille n'a pas d'actualité, en ce moment il hiberne...

joruri a dit…

Veinarde de dormeuse !
Je ne fais que somnoler des fois...

N./ a dit…

* Oui, en ce moment, je touche du bois, je dors comme une marmotte :-) A somnoler, vous seriez donc comme le chat qui dort?

joruri a dit…

koukhouette.

Plein de médocs pour dormir un peu trop peu...
(°|°)
°
Pas grave...

joruri a dit…

Blottie dans une chanson...
c'est délicieux.